LietuviškaiEnglishРусский
S. Daukanto a. 3, LT 01122 Vilnius
Tél. +370 5 2664154, Fax +370 5 2664145
 

Recherche dans le site

Recherche

Discours

Discours du Président de la République de Lituanie Valdas Adamkus, prononcé au Seimas de la République de Lituanie le 12 juillet 2009

Votre Excellente Madame la Présidente,
Monsieur le Premier ministre,
Messieurs les membres du Seimas de la République de Lituanie,
Messieurs les ministres,
Habitants de Lituanie,

Aujourd'hui est un jour très important et très officiel pour la Lituanie. Le mandat d'un Président s'achève et la nouvelle dirigeante lituanienne, nouvellement élue, prêtera bientôt serment. Le pays va commencer à écrire une nouvelle page de son histoire.

 

Nous avons célébré il y a quelques jours le couronnement du Roi Mindaugas et le Millénaire du nom de notre État. Nous avons plus attentivement regardé notre histoire, ses dates et personnalités officielles, nous avons partagé nos idées sur les chemins par lesquels notre peuple et notre État sont parvenus à aujourd'hui ainsi que les orientations possibles pour l'avenir.

 

C'est pourquoi, lorsqu'on considèrera le début du travail de la nouvelle Présidente Dalia Grybauskaitė comme une certaine étape de la vie politique, associée à des changements, n'oublions pas non plus la continuité. En premier lieu la continuité des réformes.

 

Ces dernières années, la Lituanie a particulièrement bien réussi en politique étrangère. La continuité et la poursuite de l'orientation choisie ont prouvé leur importance.

 

Parlant de la Lituanie d'aujourd'hui et de sa politique étrangère, j'ai dit que souvent, du point de vue de l'Europe ou du monde, nous paraissons mieux que la façon dont nous nous évaluons nous-mêmes. On a vraiment parfois l'impression que les partenaires étrangers et les visiteurs de la Lituanie nous respectent plus que nous nous respectons nous-mêmes, citoyens lituaniens.

 

Il est évident que la vision des gens sur comment doit être la Lituanie diffère et diffèrera. Toutefois, des vecteurs divergents sur l'avenir de la Lituanie doivent être non pas opposés, mais harmonisés. Oui, de nombreux soucis et problèmes nous oppressent. Et, aujourd'hui, en présence de grandes difficultés, la Lituanie répète de nouveau son destin historique : elle doit réussir en quelques décennies de liberté ce que les peuples libres ont créé en des siècles. Cependant, jamais et dans aucun pays la prospérité n'a été instaurée par l'avilissement de soi, l'agressivité et la méfiance, l'abaissement ou la scission de soi, de son peuple et de son pays.

 

C'est pourquoi comprenons et chérissons la Lituanie comme un bien indivisible, qui ne peut être scindée ou répartie en deux Lituanie ou plus en opposition. Mon but a toujours été qu'il n'y ait pas plusieurs Lituanie sans confiance l'une dans l'autre.

 

La Lituanie est une, et ce n'est qu'ainsi, non divisée, qu'elle pourra triompher de toutes les difficultés, deviendra un État sûr et attractif et soutiendra les personnes travailleuses et créatives. Nous avons éprouvé un tel sentiment d'unité le 6 juillet lorsque nous avons célébré le Millénaire de la Lituanie et chanté d'une seule voix avec tous les Lituaniens du monde l'Hymne national.

 

J'ai toujours fait en sorte que ce qui est le meilleur en Lituanie devienne la norme. Que l'État soutienne l'élan, la créativité et la capacité de ses citoyens à rapidement s'adapter à un nouveau contexte. Et qu'il aide aussi ceux qui ont besoin d'aide.

 

Nous entendons souvent qu'une politique fondée sur la liberté et les valeurs démocratiques n'est pas pragmatique, et que cela empêche de résoudre nos problèmes énergétiques et économiques. Conformément à une telle logique, nous devrions reconnaître que la fondation de l'État lituanien et sa restauration le 16 Février et le 11 Mars ont été les choses les moins pragmatiques.

 

Cela sonne de manière assez paradoxale, mais probablement toutes les tentatives de la Lituanie pour suivre une realpolitik se sont achevées par un échec historique, et ce sont notamment les mouvements idéalistes qui ont tôt ou tard mené à la liberté et la prospérité. La conclusion de cette leçon historique est simple : la Lituanie sera forte tant qu'elle respectera de vraies valeurs et ne fera des compromis qu'en raison de ses intérêts. Il en a été ainsi de tout temps, il en sera ainsi à l'avenir.

 

Je ne doute pas que la Présidente Dalia Grybauskaitė s'appuiera aussi sur cette disposition. Je crois que le peuple soutiendra toujours la nouvelle dirigeante lituanienne dans un travail qui n'est vraiment pas facile, et je convie chaleureusement tous mes compatriotes à ne pas être indifférent à leur destin, au destin de leur peuple et de leur pays. Croyons les uns dans les autres et ayons confiance en notre pays, notre Lituanie.

 

Je souhaite de tout mon cœur bonne chance dans cette voie à la Présidente de la Lituanie. Et je remercie sincèrement les Lituaniens pour leur chaleur spirituelle qui m'a toujours accompagné. Je dis chaleureusement merci, et je reste pour toujours de tout mon cœur avec mon peuple, mon pays.

Valdas Adamkus, Président de la République de Lituanie

Nombre de visiteurs

Total: 22930465

Aujourd'hui: 41327

Actuellement: 2171

@ 2008 Chancellerie du Président de la République de Lituanie. Merci de nous informer sur les inexactitudes. Solution: Fresh media